Le vieillissement

C’est bien vous et le bois aussi qui déciderez du degré de vieillissement que vous réaliserez sur un meuble. Isabelle, professionnelle d’Aix en Provence, régulièrement en formation de patine sur meuble dans mon atelier, a voulu que cette patine turquoise soit extrêmement vieillie. On comprend peu à peu, en stage de patine sur bois , pourquoi la préparation des surfaces est si importante. La personne qui ne décape pas, n’est pas libre de choisir la finition de son meuble. Le vieillissement fait réapparaître le bois qui est sous la patine et réapparaître, de fait, ce que vous n’avez pas décapé : Si ce meuble n’avait pas été décapé, en dehors de la mauvaise tenue du travail, apparaîtrait, au lieu du bois, son ancien vernis nègre, ou sa vieille peinture jaune ou verte… etc… Je ne crois pas aux couches d’impression qui « tiennent sur tout » pour la simple et bonne raison que j’ai parfois des stagiaires qui arrivent en stage d’initiation avec des meubles ainsi apprêtés, pensant « gagner du temps », et qu’il y a toujours des écailles alors qu’elles ont posé ces pré-couches de marques renommées, payées une fortune, 2 ou 3 jours seulement avant d’arriver en stage. Nous décapons tout, chaque fois, pour repartir à zéro et ainsi être libre d’un point de vue esthétique et pour la pérénité de l’ouvrage. J’enseigne 4 techniques différentes de décapage, selon les supports (massif ou placage) et selon ce qui se trouve sur le meuble (cire naturelle ou acrylique, peinture acrylique ou glycéro, lasure, vernis à l’alcool, cellulosique, polyuréthane ou polyester).