Une ravissante bonnetière XVIIIème

Sylvie a mené à bien, entre autre, lors de son stage de patine sur meuble d’un mois, la réalisation de cette bonnetière. Vous pourrez la voir « avant » dans la galerie photo des stagiaires. Bien entendu, ce meuble était très sombre et encrassé de siècles de cire, puisque d’époque XVIIIème ! Il a donc fallut le décaper en profondeur, maille du chêne qui le constitue compris ! Diverses petites restauration furent nécessaires, comment peut-il en être autrement sur un meuble réellement ancien. Sylvie a très bien choisi et fabriqué un gris d’une grande douceur et a réalisé avec patience tous les réchampis « ombres et lumières » qui mettent en valeur le travail de l’ébéniste de l’époque. Je trouve qu’il est émouvant de se dire qu’un homme au XVIIIème siècle a créé cette moulure, cette sculpture, et qu’au fil du pinceau, on repasse au même endroit que lui avec sa gouge, juste pour magnifier son travail d’il y a 300 ans… La technique du réchampi n’a plus de secret pour Sylvie ! Elle a réalisé tous les intérieurs en oxyde rouge, dit « sang de boeuf », comme il se doit pour les meubles régionaux d’époque. Lorsqu’on ouvre la porte, le contraste avec les couleurs pastels de l’extérieur est somptueux. En dehors de mon enseignement et de mon aide, Sylvie a été volontaire, patiente, et sa gaité naturelle, son humour l’ont aidée à venir à bout d’un vrai travail artisanal. Encore tout mes compliments à cette « débutante » !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.